L'association JALMALV bnvoles d'accompagnement des malades et des familles pour le respect de la vie L'association JALMALV bnvoles d'accompagnement des malades et des familles pour le respect de la vie L'association JALMALV bnvoles d'accompagnement des malades et des familles pour le respect de la vie

Jalmalv et la mdecine

Jalmalv reconnat les actions de soins dans la mesure o elles sont scientifiquement valides.
Par ailleurs, Jalmalv ne s'autorise pas porter des jugements ou donner des conseils sur les soins.

Jalmalv et l'euthanasie

Jalmalv reconnat les actions de soins dans la mesure o elles sont scientifiquement valides.
Par ailleurs, Jalmalv ne s'autorise pas porter des jugements ou donner des conseils sur les soins.Jalmalv pense que l'acte euthanasique n'est pas la rponse pertinente la demande parfois formule par les malades de mettre fin leurs jours.
Les soins palliatifs et l'accompagnement offrent aux malades et aux soignants une rponse une question thique que l'euthanasie, elle, laisse sans rponse.

Jalmalv et l'acharnement thrapeutique

Jalmalv adhre totalement aux dispositions de l'article 37 du code de dontologie mdicale : "En toute circonstance, le mdecin doit s'efforcer de soulager les souffrances de son malade, l'assister moralement et viter toute obstination draisonnable dans les investigations ou la thrapeutique".

La position officielle de la Fdration face la demande d'euthanasie

La Fdration Jalmalv (Jusqu' la Mort Accompagner La Vie) a consacr ses Journes Nationales des 11 au 13 mai 2001 de Chlons en Champagne au thme de l'euthanasie. Ce thme avait t prpar par une rflexion d'une anne dans la majorit des associations Jalmalv et de leurs Ententes Rgionales ainsi que par plusieurs dossiers parus dans La Revue Jalmalv.

Jalmalv a pu approfondir ce thme dans une atmosphre de srieux et d'coute mutuelle. Elle a pris conscience de la ncessit de prciser certains termes et d'en carter d'autres comme celui "d'aider mourir". Elle a pris conscience de l'volution de la question pose dans la socit et du risque de banalisation qui rsulte d'une attitude permissive. Elle a mesur l'ampleur des enjeux d'une reconnaissance de la lgitimit de l'euthanasie et a fortiori de sa lgalisation: enjeux thiques, psychologiques et sociaux, enjeux pour la pratique des soins infirmiers et mdicaux.

La Fdration a rflchi la manire d'entendre, d'couter et de recevoir la question de l'euthanasie de la part d'un malade, dans une association et dans la socit. Elle a reconnu que cette question, dans la souffrance qu'elle exprime, est porteuse de violence et ne peut tre reue par un individu isol sans qu'il ait la possibilit de recourir, dans son lieu de travail ou son association, l'aide d'un groupe prt l'couter et rflchir avec lui au sens de la question et l'attitude adopter.

Au cours de ses dbats, la Fdration a pris conscience d'une certaine diversit des opinions parmi ses membres. Quelques-uns, bien qu'hostiles toute lgalisation, reconnaissent comme invitables certains actes euthanasiques et rejoignent les conclusions du Comit Consultatif National d'Ethique. La plupart estime que l'euthanasie n'a jamais de lgitimit.

Cependant, et fidle en cela son engagement au sein de la SFAP (Socit Franaise d'Accompagnement et de Soins palliatifs) et de l'EAPC (Association Europenne de Soins Palliatifs), la Fdration Jalmalv rappelle que l'acte euthanasique est tranger au domaine des soins palliatifs.

Les soins palliatifs et l'accompagnement sont un droit et non une option. L'autonomie et la dignit de la personne en fin de vie doivent tre pleinement reconnues dans la place faite aux vieillards dans la socit, dans une amlioration des conditions de soins dans les structures de griatrie, dans le dveloppement des structures et des rseaux de soins palliatifs. La dignit des soignants doit aussi tre reconnue dans les faits. En tout cela, il s'agit d'une question de justice sur laquelle la Fdration est unanime.

En consquence, la Fdration Jalmalv est dfavorable la lgalisation de l'euthanasie estimant qu'elle terait beaucoup de malades et de vieillards leur lgitimit de vivre.

Reprenant une conclusion de l'une de ses ententes rgionales, la Fdration Jalmalv estime que "c'est en s'opposant la lgalisation de l'euthanasie que nous provoquerons un dbat salutaire autour des conditions dans lesquelles on vieillit et on meurt aujourd'hui dans nos socits".

Le Conseil d'administration de la Fdration Jalmalv

Le 20 octobre 2001